Comme chaque mois, j’ai continué mon défi 18 mois où je m’amuse à essayer pour la première fois des activités que je n’ai jamais faites. Pendant novembre, j’ai eu du plaisir puisque j’ai vécu une belle expérience tout en rencontrant un entrepreneur passionné. Un beau mix! Je te parlerai assurément bientôt de ma rencontre, mais pour l’instant je veux te parler de mon défi!

 

Une fan de café en devenir

Je dirais que depuis deux ans je développe davantage mon goût et mon intérêt pour le café. Avant mon voyage, j’étais une accro aux cafés moka. Puis, pendant mon voyage en Espagne, au Portugal et en Italie, j’ai pu goûter à des cafés lattés et à des expressos. J’ai découvert, à ce moment-là, le vrai goût du café sans qu’il soit camouflé par le chocolat. C’est là que j’ai eu envie de boire du bon café de qualité! En revenant, j’avais envie de me perfectionner un peu plus en faisant un cours.

 

Le Tassé

Mon copain et moi sommes donc allés zieuter sur les sites des entreprises qui donnent des cours sur le café. La plupart suggéraient d’avoir sa propre machine expresso au moment de faire le cours. (Ce qui est logique!) On a donc décidé d’attendre pour s’inscrire. Puis, récemment, j’ai vu une annonce de Samuel, le propriétaire du Tassé, qui parlait d’offrir des cours à des cafés du coin. Pour te mettre en contexte, le Tassé c’est un café de quartier qui a pignon sur rue à Sherbrooke depuis plus de 7 ans! C’est une entreprise que j’adore pour son expertise sur le café, son ambiance, mais aussi pour sa belle capacité à s’impliquer dans son milieu et à mettre l’entraide à l’avant-plan. J’ai donc communiqué avec Samuel pour en savoir plus sur sa formation sur le café.

 

Une formation caféinée

Après avoir discuté avec lui, il a généreusement embarqué dans mon défi en m’offrant une formation technique et pratique sur le café et en me permettant de passer un peu de temps avec son équipe de feu! J’ai donc eu la chance d’en apprendre plus sur l’expresso. C’est tout un art! La torréfaction, l’extraction, le choix du café, sa provenance, son goût, la température… Pleins de détails qui font la différence! Sans compter le défi quand on embarque dans le moussage du lait pour les cafés lattés où l’on doit mousser le lait parfaitement pour obtenir le bon résultat. La fameuse micromousse! On a souvent l’impression que c’est facile tout ça, car les baristas sont habiles et ont des heures de pratique, mais c’est toute une affaire! Samuel m’a donc donné les bonnes infos pour me permettre de bien comprendre tout le processus.

Apprendre avec les connaisseurs

Puis, Hop! On est allés pratiquer. J’ai pu utiliser leurs installations pour mieux comprendre la théorie. Il m’a montré tous les détails : la mouture du café (la grosseur du café utilisé), le poids qu’on doit utiliser pour avoir un expresso perfecto et tout plein d’autres détails. Ça parait qu’il s’y connait! Loin d’être snob comme certains spécialistes du café peuvent parfois l’être, Samuel semble croire que tout le monde peut se faire un bon expresso s’il est intéressé à apprendre! Il s’est d’ailleurs donné comme mission de rendre ça accessible et de former les gens. Son équipe de Baristas est d’ailleurs tout aussi passionnée que lui! En fin de journée, puisqu’il devait partir, il m’a confiée à sa barista en chef pour me coacher encore un peu.

 

Faire soi-même son café latté

J’ai ainsi pu observer ses techniques (et être un peu dans ses jambes! Oups!). Ce fut très éducatif. Ça roule en arrière d’un comptoir de Barista! Elle m’a coachée pour que je puisse me faire un bon latté! Tu ne pourrais pas avoir quelque chose de mieux! J’ai moussé mon lait pour créer ensuite un super latté art. (Ok non! C’était visuellement affreux!) Le latté art, c’est comme l’art en général. Il faut souvent de la pratique pour réussir à faire quelque chose de pas trop pire. Je me suis dépêchée à le cacher et j’ai malheureusement oublié de prendre une photo. Mais, j’en ai refait un chez moi avec ma nouvelle machine et honnêtement ça ressemblait pas mal à la photo ci-dessous. C’était tout aussi laid! Haha! Par contre, il était délicieux.

Mon constat

J’avais déjà utilisé quelques fois une machine à expresso, je ne partais donc pas complètement du début. Par contre, j’ai vraiment apprécié de mieux comprendre tous les détails autour de la réalisation d’un café au lait et de l’expresso. Ça m’a vraiment permis d’être plus équipée pour réaliser par la suite un expresso de qualité. La pratique était quelque peu stressante, car il y a tellement de détails à prendre en considération. Tout est une question de pratique. Mousser du lait est une expérience vraiment particulière! On prend vite l’envie de s’améliorer pour finir par avoir la micromousse parfaite pour le latté. Dans mon cas, j’ai développé un plaisir fou à tenter de trouver l’enlignement parfait pour faire mousser le lait comme il faut. Ce cours m’a permis de me donner de très bons outils pour réussir à me faire des expressos et des lattés de qualité.

 

Merci à Samuel et à son équipe qui m’ont offert une superbe formation. Les gens du Tassé sont des personnes d’une grande générosité qui ont un amour inconditionnel pour le café. Si tu veux rencontrer des gens qui s’y connaissent, va faire un tour là-bas. Prochainement, je te parlerai un peu plus du Tassé et de son propriétaire passionné. Il a une façon hors norme de voir l’entrepreneuriat. Surveille le blogue! D’ici là, si tu as envie de suivre toi aussi une formation sur le café, je t’invite à aller voir le site Internet du Tassé et à communiquer avec Samuel. Il y en a pour tous les goûts et tu seras entre de bonnes mains!

Save

Save

Save

Save

Save

Créatrice de Bien Différent. Curieuse, entêtée, gourmande, contradictoire et parfois un peu folle, Annick aime tout découvrir. Elle adore voyager même si son coeur appartient au Québec. Elle aime apprendre des autres et toucher les gens. Ses obsessions : les produits du terroir (chocolat, fromage, pain, café latté), tremper ses pieds dans l’eau, psychanalyser tout le monde et être la première à découvrir quelque chose